Les dossiers>>>>>Le bio et les mycotoxines

Des produits toxiques pour la santé.

Les mycotoxines sont des sous-produits toxiques de moisissures qui peuvent se développer sur certains produits alimentaires dans certaines conditions. Les aflatoxines sont les plus toxiques et peuvent induire un cancer du foie à de très faibles doses si elles sont absorbées sur une longue durée.

Un risque accru pour l'agriculture bio?

Puisque les fongicides ne sont pas autorisés dans la production biologique et que les mycotoxines constituent un grave risque pour la santé, leur présence relative dans les aliments issus de l’agriculture biologique ou traditionnelle a fait l’objet de nombreuses études, qui ne portent pas à conclure que l’agriculture biologique entraîne un risque accru de contamination par mycotoxines.

Il est important de souligner que de bonnes pratiques agricoles, de manutention et de stockage sont indispensables, aussi bien dans l’agriculture biologique que traditionnelle, afin de réduire au minimum les risques de moisissures et de contamination par mycotoxines. Les normes “biologiques” ne dispensent pas les producteurs et les entreprises agro-alimentaires du respect des règles générales, comme les réglementations liées à l'innocuité des aliments, l’homologation des pesticides, les règles générales d’étiquetage nutritionnel des aliments, etc.

Deux études signalées par Woess montrent que les niveaux d’aflatoxine M1 sont plus faibles dans le lait biologique que dans le lait classique. Ces résultats donnent à penser que l’alimentation animale classique du bétail est responsable de cette différence. Quel que soit le type d'élevage, les bonnes pratiques d’alimentation animale exigent que les ingrédients utilisés soient contrôlés pour s'assurer de leur qualité et de l’absence de mycotoxines et d'autres contaminants possibles au-delà des seuils de tolérance. Ces pratiques exigent aussi que les aliments soient entreprosés de façon à éviter toute contamination.

Les animaux d’élevage biologique consommant davantage de foin, d’herbe et d’ensilage, les risques de contamination du lait par des aliments contaminés par les mycotoxines sont moindres.

Alors? Beaucoup de bruit pour rien?

Certains médias représentatifs d'associations de consommateurs se sont fait l'écho de rumeurs sur les teneurs élevées en mycotoxines dans les aliments bio. Il ne faut pas les condamner car il faut sans cesse s'interroger sur la qualité de ce que l'on mange. Poser un label sur un produit (même bio) doit être remis sans cesse en question. L'affaire du nitrofène en Allemagne est un bon exemple.

Néanmoins, il faut être honnète. Quand on pose des questions, il faut accepter les réponses (scientifiques notamment) quelque soit leur nature. Les travaux de chercheurs sont donc à considérer avec attention. Aujourd'hui, le doute subsiste encore dans les esprits car certains refusent de voir la vérité.


Références bibliographiques :

- Kuhn, F. (1999). Bestimmung von Trichothecenen im Weizen aus verschiedenen Anbausystèmeen mittels HPLC-MS. Dans Organische Analytische Chemie, Universität Basel. Bâle, pp. 60.

- Jörgensen, K., Rasmussen, G., Thorup I. 1995. Ochratoxin A in Danish cereals 1986-92 and daily intake by the Danish population. Food Additives and Contaminants (sous presse, 1995).

- Marx, H., Gedek, B. & Kollarczik, B. (1995). [Comparative investigations of mycotoxological status of alternatively and conventionally grown crops]. Z Lebensm Unters Forsch, 201(1), 83-6.

- Olsen, M. & Möller, T. Mögel och mykotoxiner I spannmål / Mould and mycotoxines in grain. Vår föda / Our food, Journal of Swedish National Food Administration, 1995;47(8):30-33.

© La ferme bio du Manoir de Coatleau - 2004
"myco", "dossier"